Présentation Historique

A Mimet comme ailleurs, l’Histoire commença très tôt, dès la Préhistoire. Ce

n’est pas que les terres y soient riches, mais on y est en hauteur : on voit de loin, jusqu’au Ventoux, Lure ou les montagnes du Verdon, jusqu’à la mer, la Sainte- Baume. Et puis,

 

Histoire courte de Mimet

Il y eut trois Mimet successifs.

          L’un, vers le VIe ou le Ve siècle avant Jésus-Christ, le premier, un oppidum ou place forte, la « teste de l’Ost », fut évacué à la fin du IIe siècle avant J.-C. sous l’autorité romaine. Murailles et tours de pierres furent démantelées.

Les mines de Mimet au temps de Cézanne

Les houillères de Provence extrayaient de la lignite : elle s’est formée à l’ère tertiaire, reste un combustible médiocre mais très utilisé malgré sa teneur en soufre. On l’appelle aussi « flambant de Provence ». 

L’école de Mimet au temps de Cézanne

Il faut le rappeler, Paul Cézanne ne sut pas s’entendre avec ses semblables : ombrageux, incompris, parfois aigri, il eut à souffrir de ses concitoyens aixois. Au point qu’on ne voulut point de ses œuvres dans la ville, pas plus que chez les particuliers. Aix qui fête Cézanne aujourd’hui, l’ignora bien !

Place de la Mairie

Notre place à nous, villageois, la basse cour, était dominée par l’église, à son abri. Comme le Maître l’avait commandé,  nous taillâmes la roche pour qu’elle forme un à-pic sous notre chapelle et ses dépendances. Ainsi, à la pierre succédait la muraille, le tout faisant rempart de protection, ligne défensive interne. 

Ancienne Mairie

 L’ANCIENNE MAIRIE

          L’histoire de la motte seigneuriale de Mimet, très agitée, ne laisse que peu d’éléments architecturaux cohérents. Commencée aux Xe et XIe siècles, abattue, rebâtie, tronçonnée en de multiples propriétaires, on ne distingue plus grand-chose aujourd’hui, sauf la structure générale.

L'eau à Mimet

 Une très vieille affaire, qui a commencé bien avant Cézanne. On dit l’eau des Mimétains venue d’une source située en contrebas, à 260 mètres de distance, ce qui faisait 520 mètres pour un aller-retour : on revenait à plein ! Nul besoin d’inciter à l’économie de l’eau en ce temps. Il est probable que cette source correspondait à celle dite du « Lavoir » ...

Place de l'Eglise

Sur le devant de l’église, un espace irrégulier se forme, il est quelque peu exigu : c’est qu’il ne reste pas grand-chose entre la muraille du château et l’entrée de l’église, avec au sud un ancien et vaste presbytère bâti vers 1525, sans doute détruit vers 1592 ou 1595 ! 

Place de la poste

Au bout de la rue Saint Sébastien, une place, à moins qu’on parle d’un carrefour ! Le chemin de Saint Sébastien monte vers le col de la Basse d’un côté et de l’autre, c’est la route de la Prunière, cependant que la Route Haute débouche, contenue par la salle des fêtes, autrement dit le Cercle.

Place de la Diote

En 1605 on est du Diot, que l’on écrit aussi Dilhot. Ce toponyme devient nom de famille : Honorade Dilhote voit son fils tué par la « foudre du ciel » en 1636. Plus tard, en 1733, on écrit la Dillotte et c’est Monsieur De Gras qui répète en 1790 « la Dillotte ou la Diote ». 

Place des Moulières

Comme Biver, les Moulières naquirent des mines. Il fallait recevoir et loger ceux qui descendaient vers le charbon. Ils venaient de partout et lorsqu’il n’y eut plus de place à Biver, on fit les Moulières : le puits Biver-Germain ne se tenait pas loin. 

Place du Marche de l'Ost

 L’habitude, chez nous les Gaulois, c’est de vivre au milieu de nos champs et de nos troupeaux. De la sorte, nous disposons de ce dont nous usons à portée de la main. Mais, il y a un jour où nous nous retrouvons tous ou presque, c’est pour le marché dans notre forteresse à la Teste de l’Ost*. 

Lavoir du Village

 À Mimet, des lavoirs, sur la commune, il y en eut six, peut-être sept. Le plus important se trouvait au bas du village, au lieu-dit Fontaine de Mimet. Dès 1833, sur le premier cadastre baptisé napoléonien car voulu par Napoléon 1er, on distingue, très nettement, les bassins de pierre froide tels qu’ils existent aujourd’hui.

Les Moulières

 (Toponymie : terrain mou, humide)

          Historique : sur les cartes topographiques, rien au XIXe siècle (sur la 1/80.000e de 1871). Apparition sur l’édition révisée en 1958 de la 1/50.000e de 1935 et sur la 1/25.000e de 1970 avec plan détaillé.

Dernière source

La route du Passaga va vers le col Sainte-Anne d’un côté, et passe sous la glacière pour rejoindre le quartier de Saint-Joseph. Une petite bifurcation descend dans le lit du Passaga, dans le vallon même, pour se lier au chemin qui remonte, à flanc de coteau, vers Mimet. 

Glacière de Mimet

C'est un prototype : 1642-1646. 31 mètres de circonférence, 25 mètres à l’intérieur, épaisseur des murs, 1,15mètre. Diamètre de 7 mètres. 4 mètres au-dessus du sol.

          Construite par deux commerçants marseillais,

La croix du Rey

Existait-il une croix, avant 1851, sur le chemin qui descend de Mimet et va vers la ferme de La Tour par l’ancien chemin de la Calade ? Rien ne permet de le dire, sauf que l’emplacement, au bas du village, avant le raidillon, fait songer à une station où l’on reprend son souffle. 

Mimet au temps de cézanne

« J’ai toujours aimé marcher. Alors, me voici en chemin à travers les pinèdes qui entourent Gardanne. Depuis chez mon amie, je voyais au loin, dans l’Etoile , un village. Elle me renseigna : c’était Mimet, « un pays où l’on mange des pois chiches » me précisa-t-elle, un peu narquoise. Après trois heures, j’y suis.

Please reload